Un plan détaillé pour renforcer le système de santé public ontarien

Selon vous, est-ce que votre accès aux soins de santé s’est amélioré ou s’est empiré depuis que Doug Ford est entré en fonction ?

Les temps d'attente dans les salles d'urgence ont augmenté, tout comme les fermetures périodiques de ces salles dans les communautés rurales.

Des millions d'Ontariens et Ontariennes n'ont pas accès aux soins primaires et les professionnels de la santé quittent le secteur en nombre sans précédent.

Au lieu d'investir dans notre système public, Ford étend la prestation de soins de santé privés. Encore plus d'argent pour les investisseurs et moins d'argent pour les soins de première ligne. Et connaissant Ford, nous craignons vraiment que ses amis profitent d’un traitement préférentiel.

Même lorsque le gouvernement est sur la bonne voie, notamment en élargissant les équipes de santé familiale ou l'accès des écoles aux services de soutien en santé mentale, il ne parvient vraiment pas à fournir le soutien nécessaire pour relever la portée et l'ampleur du défi. À titre d’exemple, le système actuel laisse plus de deux millions d'Ontariens et Ontariennes sans accès à un médecin de famille ou à une équipe de santé.

Le budget de la santé est insuffisant pour répondre à nos besoins et, incroyablement, le Directeur de la responsabilité financière de l'Ontario a constaté que le gouvernement Ford a dépensé près de 1,7 milliard de dollars de moins en soins de santé que le montant prévu pour 2022-2023. Il est évident que la santé n'est pas une priorité.

Il ne fait aucun doute que protéger et améliorer notre système de soins de santé est complexe. Cela prendra du temps et nécessitera une approche d'amélioration continue, avec un engagement ferme envers les soins axés sur le patient ainsi que le respect et le soutien du personnel de santé qui prodigue ces soins.

En tant que chef des Libéraux de l'Ontario, Nate améliorera les soins en investissant dans les fondations de notre système de soins de santé public. Nous accorderons la priorité aux investissements pour améliorer l'équité et l'innovation, inverser la tendance à la privatisation et veiller à ce que chacun et chacune ait accès à des soins primaires de qualité, à domicile ou de nature communautaire, avec des services d'urgence fiables.

Voici nos objectifs :

  1. Agir pour résoudre la crise en ressources humaines dans le domaine de la santé: L'Ontario fait face à une crise en ressources humaines dans le domaine de la santé, et ce, dans tous les secteurs, des équipes de santé familiale, à la santé mentale en passant par les soins à domicile. Nous devons former et embaucher davantage de professionnels de la santé et aussi améliorer les conditions de travail afin de pouvoir les maintenir en poste. 

  2. Équipes de santé familiale pour tous les Ontariens et toutes les Ontariennes:  Moins de 30 pourcent des Ontariens et Ontariennes ont accès aux équipes de santé familiale, même si celles-ci sont au coeur de soins primaires efficaces, telles que promus par de nombreux rapports et organismes, dont le Collège des médecins de famille du Canada, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada et l'initiative NosSoins

    Nous élargirons beaucoup l’accès aux services des soins en équipe, afin de mieux prodiguer les bons soins au bon moment, par les professionnels les plus aptes à aider.

  3. Services de santé mentale accessibles: Nous savons depuis longtemps que la santé mentale et la santé physique sont fondamentalement liées, mais nous ne les traitons pas avec la même importance. Cela a conduit à un sous-financement chronique des infrastructures et des processus conçus pour traiter les problèmes de santé mentale. Il est temps de donner la priorité à la santé mentale, notamment en élargissant l'accès aux thérapies structurées et aux services communautaires de santé mentale.

  4. Soutenir le vieillissement dans la dignité: La pandémie de COVID-19 a dévoilé les défis de longue date dans notre approche des soins aux personnes âgées. Nous devons améliorer la qualité des soins aux personnes âgées dans les foyers de soins de longue durée, tout en faisant de nouveaux investissements dans les soins à domicile et communautaires.

  5. Un système de santé publique solide: Nos bureaux de santé publique se sont mobilisés pendant la pandémie pour assurer la sécurité et le bien-être des Ontariens et Ontariennes. Mais une approche de santé publique ne doit pas seulement être réactive; elle doit aussi être préventive. Nous renforcerons les efforts de santé publique et de soins de santé préventifs, en mettant un accent renouvelé sur les déterminants sociaux de la santé.

Alors que nous nous efforçons d'atteindre ces objectifs ambitieux, nous sommes conscients que les différents coins de la province ont des besoins différents, en particulier dans les communautés rurales et du Nord. De plus, nous reconnaissons que nous devons soutenir les initiatives menées par les Autochtones pour améliorer les soins de santé pour les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis. 

Donner Priorité Aux Solutions À La Crise En Ressources Humaines Dans Le Domaine De La Santé

Maintenir en poste et embaucher des professionnels de soins de santé

  1. Des salaires équitables: le gel des salaires des travailleuses et travailleurs de la santé n'est pas le bon moyen d'équilibrer les comptes. En fin de compte, les agences de recrutement à but lucratif coûteuses comblent des postes vacants qui n'existeraient pas si nous avions des milieux de travail plus attrayants pour ces professionnels essentiels. Pour attirer et maintenir en poste nos professionnels de la santé qualifiés, nous devons leur accorder le respect qu'ils méritent et nous assurer que les salaires sont compétitifs.
  2. De meilleures conditions de travail: Les professionnels de la santé doivent se sentir en sécurité et soutenus dans leur lieu de travail. Ils méritent d'avoir accès à des congés de maladie, à des heures supplémentaires limitées et à des charges de travail raisonnables. L'Ontario devrait envisager toutes les options pour soutenir des milieux de travail plus sûrs et plus équilibrés, y compris les rapports infirmière-patients. Nous garantirons 10 jours de congé de maladie à tous les travailleurs, y compris ceux du secteur de la santé. 
  3. Des soutiens à la formation: Nous devons attirer de nouveaux professionnels dans les domaines prioritaires comme les soins primaires et à domicile. À cette fin, nous développerons davantage de possibilités de placement et de formation pour les infirmières et infirmiers, et les préposés aux services de soutien à la personne (PSSP), ainsi que des incitatifs pour les infirmières et infirmiers expérimentés à rester dans le système pour enseigner et faire du mentorat.
  4. Professionnels formés à l'étranger: Trop de professionnels formés à l'étranger font face à des obstacles pour obtenir leur résidence et accéder aux possibilités d'emploi. Nous tracerons une voie claire vers la reconnaissance des titres de compétences en Ontario et nous travaillerons avec des partenaires pour améliorer l'évaluation des titres de compétences et les permis professionnels avant leur arrivée afin que les professionnels puissent travailler dans leur domaine pendant qu'ils obtiennent leur pleine certification. Nous recruterons également avec zèle des professionnels de la santé dans des pays à revenu élevé comme le Royaume-Uni, où la satisfaction au travail est faible.
  5. Mobilité accrue: La discussion sur l'obtention d'un permis national a déjà été initié, et nous mènerons la conversation avec d'autres provinces et ordres professionnels pour nous assurer qu'il est facile pour les professionnels de la santé qui déménagent en Ontario d'entrée en fonction dès leur arrivée, et nous rétablirons les programmes de suppléance dans les régions rurales et du Nord de l'Ontario.
  6. Améliorer l’accès aux soins de santé en français: Nous allons travailler dans le but de créer une main d'œuvre plus bilingue. Nous allons aussi explorer l’idée d’avantages dans les régions moins bien desservies pour faire en sorte que les francophones aient accès à des services de santé dans la langue de leur choix.

Modèles de financement flexibles

Notre approche actuelle de rémunération-à-l'acte pour payer les médecins ne permet pas aux praticiens d'innover dans leur pratique ou de les inciter à moderniser la prestation des soins. Nous savons qu'un système de santé moderne et flexible n'est pas seulement ce que veulent les patients, mais ce que la prochaine génération de professionnels de la santé exige.

Données sur la main-d'œuvre

Nous disposons de données limitées pour appuyer la planification de la main-d'œuvre de la santé en Ontario. Les cliniques et les hôpitaux fonctionnent souvent en cloisonnement administratif et il devient difficile de savoir où les ressources pourraient être disponibles pour combler des postes vacants en cas de pénurie critique, d'identifier ou de comprendre les tendances des taux de vacance et de développer des stratégies efficaces pour la dotation à long terme. Nous avons besoin de plus de données sur les ressources humaines dans le domaine de la santé dans tous les milieux de soins, et ces données en grande partie doivent être rendues publiques pour appuyer une meilleure prise de décision et une meilleure responsabilisation.

Élaborer et financer adéquatement une stratégie de soins de santé pour le Nord et les régions rurales

Il est particulièrement difficile d’embaucher et de maintenir en poste des professionnels de la santé dans les communautés rurales et du Nord. Nous en vivons les répercussions, entre autres, nous constatons trop de fermetures de salles d'urgence. Nous développerons et financerons une stratégie spécifique pour soutenir les communautés du Nord et rurales, dans laquelle nous chercherons à augmenter les admissions à l'École de médecine du Nord de l'Ontario et examinerons la remise de prêt pour ceux et celles qui s'engagent à pratiquer dans les régions mal desservies sur une durée de 5 ans. 

Équipes De Santé Familiale Pour Toutes Et Tous

Accroître le nombre d’équipes de soins pour améliorer la capacité

Les modèles de soins en équipe garantissent que les professionnels de la santé maximisent leur valeur pour les patients en travaillant avec d'autres professionnels qui peuvent aider à augmenter le temps qu'ils passent avec les patients et le nombre de patients qu'ils peuvent voir. Avec une équipe capable de prendre en charge des tâches qui ne doivent pas nécessairement être effectuées par un médecin ou une infirmière praticienne / infirmier praticien, les patients peuvent obtenir les bons soins, au bon moment, par les professionnels les plus aptes à les aider. 

Des études sur les soins en équipe en Ontario ont montré que les médecins qui travaillent en équipe augmentent leurs services de 26 pourcent par année et qu'ils voient et inscrivent également plus de patients que ceux qui pratiquent dans des environnements sans équipe. 

Avec un modèle axé sur le travail d'équipe, nous aiderons les fournisseurs de soins de santé à passer plus de temps à faire le travail qu'ils aiment et moins de temps à faire de la paperasse. 

Champ d'exercice

Afin de soutenir des équipes de santé efficaces et de servir les patients plus efficacement, nous examinerons plus en détail où nous pouvons élargir le champ d'exercice des professionnels talentueux.

Investir dans notre système de santé public

Nous savons que les changements et l’innovation à l'échelle du système sont nécessaires, mais le sous-financement chronique de notre système de santé public nous a obligés à payer plus pour le même ensemble de services. Si nous voulons vraiment un changement, nous devons augmenter l'investissement public pour mettre le système au niveau de la moyenne nationale et des autres pays de l'OCDE. Même des pays comme les Pays-Bas - souvent cités comme un modèle à suivre pour le Canada étant donné qu'ils ont un plus grand mélange de prestation de soins publics et privés - investissent une plus grande proportion de financement public dans le système de santé que nous (84,1 pourcent des dépenses totales de santé contre 71,1 pourcent au Canada).

Donner aux Ontariens et Ontariennes le contrôle et l'accès à leurs propres données de santé

Malgré une augmentation des soins virtuels pendant la pandémie, la plupart des patients n'ont toujours pas le contrôle de leurs propres dossiers de santé. Nous établirons des dossiers numériques interopérables afin que les patients aient accès à leurs propres dossiers de santé et en partagent le contrôle, et que les professionnels de la santé puissent consulter les antécédents médicaux complets d'un patient afin de fournir des soins plus efficaces et efficients.

Système d'aiguillage centralisé et formulaires normalisés

 Notre système d'aiguillage actuel est complexe, gaspille beaucoup de temps et est fragmenté. Les aiguillages sont encore très souvent envoyés par télécopieur et dépendent largement des professionnels des soins primaires qui maintiennent leurs propres réseaux. Nous travaillerons avec les associations professionnelles médicales pour normaliser et moderniser les aiguillages vers des soins spécialisés, et nous centraliserons les aiguillages pour soutenir la réduction des temps d'attente et promouvoir un accès équitable aux soins.

Élargir l'accès aux soins virtuels, en particulier pour améliorer les services à distance et l'accessibilité

La pandémie a propulsé une expansion tant attendue de l'accès aux soins virtuels. Cependant, la vitesse à laquelle cela s'est produit a également contribué à la fragmentation du système, causant certains patients de passer d'une « clinique » de soins virtuelle à une autre. Nous travaillerons avec nos partenaires pour développer des modèles de soins virtuels réussis qui intègrent des soins en personne et virtuels.

Services Accessibles Pour La Santé Mentale Et La Toxicomanie

Un Canadien ou une Canadienne sur cinq souffrira de maladie mentale au cours de sa vie, envisageant diverses conditions allant de la dépression à la schizophrénie. Pourtant, les problèmes de santé mentale sont rarement traités avec la même importance que les problèmes de santé physique.

Pour plusieurs, la pandémie a accru les sentiments d'anxiété, de solitude et de dépression et la recherche montre que la santé mentale des Canadiens et Canadiennes ne s'améliore pas. 

Parallèlement, les listes d'attente pour consulter les professionnels de la santé mentale continuent de s'allonger. 

Sans un accès rapide aux bons soutiens, nous assistons à une augmentation des congés de maladie, à l'isolement et à la désintégration des relations familiales et communautaires, à des visites répétées aux urgences et, dans le pire des cas, à une surdose ou le suicide.

La santé mentale est une question de santé et le gouvernement provincial a un rôle clé à jouer.

Stratégie de ressources humaines dans les domaines de santé mentale et toxicomanie

Nous travaillerons avec les ordres professionnels et les associations professionnelles pour élaborer une stratégie de ressources humaines dans le domaine de santé spécifiquement pour les professionnels en santé mentale et en toxicomanie.

Maximiser le champ d'exercice et soutenir une couverture plus uniforme

Il existe de nombreuses désignations différentes pour les professionnels de la santé mentale en Ontario, mais pas tous les professionnels sont couverts par les assurances. Nous travaillerons à réglementer et à définir le champ d'exercice afin d'élargir le bassin de professionnels couverts par les régimes d'assurance provinciaux et privés.

Élargir l'accès à la psychothérapie structurée

Nous améliorerons l'accès aux thérapies fondées sur des preuves pour la dépression et l'anxiété, et ce, sans référence, y compris la couverture jusqu'à 12 heures par an de thérapie par la parole selon un modèle de soins en étapes. L'Ontario est sur la bonne voie avec le Programme de psychothérapie structurée de l'Ontario, mais l'obligation pour les patients d'avoir un fournisseur de soins primaires pour accéder au soutien peut créer un obstacle inutile aux soins.

Financer des services sociaux et des programmes communautaires de promotion de la santé mentale

Financer des services sociaux et des programmes communautaires de promotion de la santé mentale, y compris des services de santé mentale adaptés à différentes cultures et des programmes pour diverses communautés, telles que celles confrontées à des barrières linguistiques.

Increase access to comprehensive, low-barrier community and school health mental health services for youth

 70 pourcent des personnes vivant avec une maladie mentale voient leurs symptômes commencer avant l'âge de 18 ans. Pourtant, en Ontario, plus de 28 000 enfants sont sur des listes d'attente pour des soins, avec de longs délais. Nous investirons dans une approche de soins en étapes pour offrir un accès à des services de santé mentale de haute qualité, adaptés aux jeunes et fondés sur des preuves par le biais de centres de services intégrés, d'écoles, d'universités, etc. pour aider à surmonter les obstacles courants aux soins, y compris la stigmatisation, le stress financier et l’accès au transport. Nous ferons en sorte qu'il soit aussi facile que possible pour les jeunes d'obtenir les soins dont ils ont besoin.

Traiter, de façon complète, les défis liés à la toxicomanie comme un problème de santé et sauver des vies

Nous avons vu beaucoup trop de vies perdues dans la crise des opioïdes, et il est plus que temps de faire preuve de leadership. Nous traiterons la toxicomanie comme un problème de santé en offrant encore plus d’options de réduction des méfaits et de traitement fondées sur des preuves, en soutenant les municipalités avec des solutions de logement et en travaillant avec des experts médicaux, les forces policières et les familles qui ont perdu des êtres chers, et ce, pour éliminer tous les obstacles à l’accès aux traitements.

Soutenir Le Vieillissement Dans La Dignité

Nous nous trouvons, en grande partie, mal préparés à répondre aux besoins en matière de santé et de logement d'une population qui vieillit rapidement.

La pandémie a mis en lumière les défis des soins de longue durée, notamment la prévention et le contrôle des infections, la dotation en personnel et les infrastructures, ainsi que la qualité globale des soins. En même temps, nous continuons d'investir moins que d'autres pays de l'OCDE dans les soins à domicile et communautaires - un élément essentiel pour aider les personnes âgées à rester en bonne santé et à réduire le besoin de soins infirmiers coûteux. 

Le manque d'intégration entre les soins primaires, les soins hospitaliers et les soins de longue durée est également coûteux. Il y a des milliers de patients hospitalisés qui sont en attente pour des « soins alternatifs » que nous pouvons et devrions mieux soutenir. 

S’attarder aux problèmes de ressources humaines dans le domaine de la santé pour les soins aux personnes âgées

Comme dans tous les autres domaines des soins de santé, le recrutement et le maintien en poste de professionnels de la santé dans les établissements de soins à domicile ou de longue durée sont essentiels pour fournir des soins de qualité aux patients. Nous allons:

    1. Garantir une rémunération équitable pour les PSSP et les infirmières et infirmiers en soins à domicile,réglementer ce pour quoi les travailleurs en soins à domicile doivent être rémunérés (par exemple, les déplacements) et développer un système de négociation sectoriel pour stabiliser la rémunération et les avantages sociaux dans tout le secteur à long terme. 
    2. Travailler avec les infirmières et infirmiers et les dirigeants des PSSP pour trouver des moyens de prévenir les situations de violence dans leur milieu de travail (patients/clients violents).
    3. Institute minimum PSW & nurse-to-patient ratios.
    4. Fournir un soutien pour les frais de scolarité à celles et ceux qui entreprennent des études postsecondaires pour devenir PSSP ou infirmière/infirmier.
    5. Élargir les soins adaptés à la culture, y compris l'accès à des soignantes/soignants ayant des compétences linguistiques pertinentes. 

Augmenter le financement des soins à domicile et des services communautaires.

Selon l'Institut canadien d'information sur la santé, environ 10 pourcent des adultes âgés nouvellement admis dans des foyers de SLD avaient le potentiel de rester à la maison avec un soutien adéquat en soins à domicile et en milieu communautaire.

Les soins à domicile permettent un soutien médical direct ainsi que des références vers des services sociaux et communautaires pour aider à surmonter les obstacles au vieillissement à la maison, qu'il s'agisse de l'entretien du domicile ou de la préparation des repas.

Nous devons augmenter la proportion des dépenses consacrées aux soins à domicile et aux services de soutien communautaire pour faire en sorte que les personnes âgées puissent vivre dans leur communauté aussi longtemps que cela est raisonnablement possible.

Soutenir les soignantes/soignants en faisant en sorte que la coordination des soins fonctionne

En Ontario, les services de soutien à domicile sont particulièrement inaccessibles pour les personnes âgées qui ont besoin de niveaux d’aide moins importants (p.ex. l'entretien ménager, la lessive et la préparation des repas), et trop de soignantes/soignants familiaux souffrent d'épuisement à cause d’une absence d’aide complémentaire. Nous améliorerons la coordination des soins grâce à un système de guichet unique qui aidera les personnes âgées et les soignantes/soignants familiaux à s'y retrouver et à obtenir le soutien adapté à leurs besoins.

Normes de soins de longue durée

Lorsque les soins à domicile ne sont plus une option, les Ontariens et Ontariennes doivent avoir l'assurance que les foyers de soins de longue durée fourniront des soins de qualité de façon consistante.

Nous accorderons la priorité aux soins à but non-lucratif et mettrons en œuvre les nouvelles normes de soins de longue durée du Canada ainsi que les recommandations de la Commission ontarienne des soins de longue durée sur la COVID-19.

De plus, nous assurerons la transparence au sujet des coûts des soins de longue durée, afin de permettre à toutes et tous de bien comprendre ce qui sera couvert et où un financement supplémentaire pourrait être nécessaire. La transparence des coûts aidera les foyers à être imputables et aidera les gens à faire les bons choix pour eux-mêmes et leurs proches.

De très bons soins palliatifs

Toutes et tous méritent de vivre et de mourir dans la dignité, et nous assurerons des soins communautaires et palliatifs de haute qualité.

Renforcer La Santé Publique

Nos équipes de santé publique ont été au premier plan de la pandémie et méritent reconnaissance et soutien. Au-delà des interventions d'urgence, une approche de santé publique doit être axée sur le maintien de la santé des personnes et la prévention des blessures, des maladies et des décès prématurés. 

Pour soutenir un système de santé durable et une population en bonne santé, nous devons renforcer notre système de santé publique en abordant les principaux déterminants sociaux de la santé comme le logement et en investissant dans des programmes qui favorisent une vie active saine et facilitent des liens avec la communauté.

Sécurité du revenu et logement

La pauvreté et le manque d'accès à un logement adéquat sont d'importants déterminants sociaux de la santé. Nous augmenterons l'aide sociale, faciliterons l'accès aux avantages sociaux et développerons de beaucoup le logement locatif abordable hors marché. Notre plan de filet de sécurité sociale sera publié dans les prochaines semaines et vous pouvez lire notre plan de logement complet ici sur son rôle de parlementaire.

Soutenir l'inclusion sociale

L'isolement social et la solitude sont liés à des visant à taux plus élevés de dépression et d'anxiété en plus d’être associés à un risque accru de démence et de décès. Nous soutiendrons des programmes élargis pour l'inclusion sociale des personnes âgées.

Promouvoir une vie saine et active

La province de l’Ontario a besoin d'accroître ses efforts pour prévenir et repousser les maladies chroniques et blessures en encourageant des styles de vie plus sains. Nous soutiendrons l'expansion des programmes de vie saine et active pour améliorer la santé physique et mentale. Nous allons aussi garantir qu'il ait de la nourriture saine et de qualité dans les institutions qui sont réglementées par la province, ce qui inclut les écoles, les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée.